From GAMEO
Jump to: navigation, search

Contents

Église Chrétienne Évangélique de Saint-Thérèse
Source: Church website

En 1959, un rapport du Canada Inland Mission rédigé par Henry Warkentin reconnaissait la faible proportion de missionnaires évangéliques dans la province de Québec. Le rapport Warkentin arguait que la population québécoise francophone était fortement catholique et que les « vieilles » dénominations protestantes, anglophones, négligeaient habituellement l’évangélisation des Francophones. En juillet 1961, Warkentin et Ernest H. Dyck, un missionnaire rapatrié du Congo belge, alors en pleine révolution, firent un voyage exploratoire au Québec et déterminèrent que Saint-Jérôme, une rare ville où on permettait la diffusion d’émissions de radio évangéliques, serait le lieu choisi pour y amorcer une oeuvre des Frères Mennonites. Le Canada Inland Mission demanda ensuite à Ernest H. Dyck de s’y rendre en tant que missionnaire et implanteur.

L’année suivante, en juillet 1962, Clyde et Elizabeth Shannon, eux-aussi rapatriés du Congo belge, arrivaient dans la région et débutaient un groupe biblique maison à Sainte-Thérèse, une ville située à quelques kilomètres au sud de Saint-Jérôme. Rapidement, les Shannon établirent des liens avec les familles Houle et Tassé, ainsi qu’avec deux familles d’immigrants portugais récemment arrivées au Québec, les Medeiros et les Franco. Ces portugais étaient déjà protestants et fréquentaient l’Église Unie de Sainte-Thérèse mais ils étaient intéressés à vivre leur foi en français et à oeuvrer auprès de leurs concitoyens très majoritairement francophones. Au départ, ils se réunissaient en semaine chez Arminda Franco et, le dimanche, voyageaient avec les Shannon pour assister au culte animé par Ernest Dyck à Saint-Jérôme. Les deux groupes évoluèrent donc ensemble jusqu’à ce que le groupe de Sainte-Thérèse devienne assez nombreux pour former une église autonome et officielle. En 1967, Ernest Dyck organisa la construction d’une chapelle, encore utilisée aujourd’hui, au 4 Chemin du Ravin. En 1968, l’Église de Sainte-Thérèse comptait 23 membres alors que Benjamin H. Dyck assumait la charge pastorale, avec l’aide d’Ernest Dyck qui implantait également une nouvelle église à Saint-Laurent, sur l’île de Montréal.

Dans les années 1960, la ville de Sainte-Thérèse constituait le principal centre démographique, économique et culturel de la région située au nord la Rivière-des-Mille-Îles. Son centre-ville abritait le vieux séminaire de Sainte-Thérèse (aujourd’hui le Collège Lionel-Groulx) ainsi que l’église paroissiale de toute la seigneurie Thérèse-de-Blainville. Il y avait diverses industries de bois, dont six usines de piano (incluant les pianos Lesage, Willis et Quidoz). Dans le sillage de la Révolution tranquille, période de foisonnement culturel et politique spécifique au Québec mais inscrit dans les mouvements contestataires à l’échelle occidentale, la jeunesse thérésienne fut à l’avant-garde d’un réveil évangélique d’envergure sur la rive-nord de Montréal. À la suite de la conversion d’un jeune hippie de Sainte-Thérèse, Guy Lavoie, et de sa rencontre avec Ernest Dyck lors d’une étude biblique à l’Église de Sainte-Thérèse en 1970, il y eut un enchaînement sans précédent de conversions et d’adhésions dans les églises des Frères Mennonites parmi la jeunesse québécoise de Sainte-Thérèse et des villes avoisinantes. Les répercussions furent immenses, particulièrement pour l’Église de Sainte-Thérèse, haussant et rajeunissant considérablement la composition des assemblées et transformant durablement la culture du mouvement des Frères Mennonites au Québec. En 1975, 30 baptêmes étaient célébrés à l’Église de Sainte-Thérèse<ref>1 Archives AEFMQ 1970-1981, « Procès-verbal de la réunion du Conseil des Églises des Frères Mennonites au Québec », 22 mai 1976.</ref> et celle-ci passa, entre 1970 et 1975, principalement sous la gouverne d’Ernest Dyck, de 27 à 95 membres.

Cette croissance exceptionnelle permit bientôt aux chrétiens de Sainte-Thérèse d’initier trois nouvelles oeuvres d’implantation : à Saint-Eustache (1976), à Sainte-Rose (1978) et à Sainte-Anne-des-Plaines (1979). En 1976, alors que l’Église avait atteint pour la première fois l’autonomie financière, Jean Théorêt devint pasteur tandis qu’Ernest Dyck allait se consacrer à la fondation de l’Institut Biblique Laval (devenu l’ÉTEM en 2001) et à l’implantation éventuelle de l’Église de Sainte-Rose. En 1979, Jean Théorêt retournait aux études et cédait alors sa place à Henry Derksen, qui servit durant 3 années jusqu’à l’arrivée, en 1983, de Pierre Wingender, un jeune produit du réveil de 1971 et membre fondateur du groupe de Saint-Eustache qui interrompit alors ses études bibliques (MBBS). Ses années de pastorat furent à la fois fructueuses et tumultueuses, débouchant sur une crise majeure en 1988. En 1989, Wingender quittait avec un groupe significatif de membres de Sainte-Thérèse et fondait une église indépendante à Boisbriand. L’assemblée de Sainte-Thérèse s’en trouva réduite d’environ quarante pourcent. C’est notamment la fermeture de l’Église-fille de Sainte-Anne-des-Plaines en 1992-1992 et l’adhésion ou le retour de certains de ses membres à Sainte-Thérèse qui permit à l’assemblée de se maintenir. Après un intérim de deux ans assumé par le Conseil d’Église et l’Association des Églises des Frères Mennonites du Québec, c’est Robert Dagenais, un autre produit du réveil de Sainte-Thérèse, qui prit charge de la pastorale en 1990, poste qu’il occupe toujours en 2014. Or, le milieu des années 1990 s’avéra aussi difficile et le nombre de membres déclina de la centaine à la soixantaine de membres, conséquence partielle du départ, en réaction à divers changements culturels et des tensions dans l’assemblée au fil des ans, de la plupart des Portugais qui avaient contribué à fonder et bâtir l’Église dans les années soixante. Malgré cela, d’importantes rénovations furent apportées au bâtiment original de 1967 où ont toujours lieu les activités de l’Église, laquelle comporte aujourd’hui une soixantaine de membres.

Voir aussi Église Chrétienne Évangélique de Saint-Thérèse (Ste. Thérèse, Quebec, Canada) (EN).

[edit] Bibliographie

Ernest Dyck, Called to Witness. 2003. 298 pages.

Canadian Conference Yearbook (1961 à 2010)

Lettre de Richard Toupin au Conseil d’Église de Sainte-Thérèse, 12 février 1992 (sur le dossier Pierre Wingender et la crise de 1988-89).

Entrevues filmées (contenues dans les archives de la SHMQ)

-Florimundo et Natalia Medeiros (Zacharie Leclair, juillet 2009)

-David Franco (Z.L., juillet 2009)

-Jean Théorêt (Z.L., juillet 2009)

-Richard Toupin (Z.L., octobre 2009)

Société historique de Sainte-Thérèse-de-Blainville, Cahiers historiques : histoire de Sainte-Thérèse. Joliette, L’Étoile du Nord, 1940. 359 pages.

[edit] Documents d'archives

Archives de l’Association des Églises des Frères Mennonites du Québec

[edit] Information additionnelle

Addresse : 2 Chemin du Ravin, Ste-Thérèse, QC J7E 2T2

Téléphone : 450-437-1717

Siteweb : http://www.eglise-ste-therese.ca/

Affiliation religieuse :

Association des Églises des frères mennonites du Québec (1972-à présent)

Canadian Conference of Mennonite Brethren Churches (1967-à présent)

General Conference of Mennonite Brethren Churches (1967-2002)

[edit] Pasteurs

Années Pasteur
1962-1964 Clyde Shannon
1964-1966 Ernest Dyck
1967-1970 Benjamin Dyck
1971-1976 Ernest Dyck
1976-1979 Jean Raymond Théorêt
1980-1983 Henry D. Derksen
1980-1988 Pierre Wingender
1990- Robert Dagenais

[edit] Statistiques de membres

Année Membres
1967 23
1970 27
1975 95
1979 102
1985 118
1990 101
1995 100
2000 66
2005 60
2010 63


Author(s) Zacharie Leclair
Date Published 2 juillet, 2014


[edit] Cite This Article

MLA style

Leclair, Zacharie. "Église Chrétienne Évangélique de Saint-Thérèse (Sainte-Thérèse, Québec, Canada) (FR)." Global Anabaptist Mennonite Encyclopedia Online. 2 juillet, 2014. Web. 21 Dec 2014. http://gameo.org/index.php?title=%C3%89glise_Chr%C3%A9tienne_%C3%89vang%C3%A9lique_de_Saint-Th%C3%A9r%C3%A8se_(Sainte-Th%C3%A9r%C3%A8se,_Qu%C3%A9bec,_Canada)_(FR)&oldid=123338.

APA style

Leclair, Zacharie. (2 juillet, 2014). Église Chrétienne Évangélique de Saint-Thérèse (Sainte-Thérèse, Québec, Canada) (FR). Global Anabaptist Mennonite Encyclopedia Online. Retrieved 21 December 2014, from http://gameo.org/index.php?title=%C3%89glise_Chr%C3%A9tienne_%C3%89vang%C3%A9lique_de_Saint-Th%C3%A9r%C3%A8se_(Sainte-Th%C3%A9r%C3%A8se,_Qu%C3%A9bec,_Canada)_(FR)&oldid=123338.




©1996-2014 by the Global Anabaptist Mennonite Encyclopedia Online. All rights reserved.